Deuxième journée d’études ARGO (24 février 2012) – Les ports: lieux d’échanges, lieux de cultes

Au cours de la première journée ARGO (novembre 2010), nous avons lancé le projet d’un réseau scientifique explorant les liens entre « maritimité, religion et économie dans la Méditerranée ancienne ». Nous avons envisagé cette « triangulation conceptuelle » comme un possible outil heuristique permettant d’éclairer un système de comportements et de relations propres aux mondes anciens. Lors de cette première journée, qui a eu un caractère intentionnellement ouvert, plusieurs questions ont surgi, portant sur les termes de l’intersection envisagée entre espace maritime, religion et économie. Qu’est-ce qu’on peut définir maritime ? Quelle est la durée chronologique du modèle proposé ? Y a-t-il une spécificité « maritime » de l’interaction entre économie et religion ? Si oui, comment la définir ?

Afin de débattre toutes ces questions, nous souhaiterions maintenant vérifier le caractère opératoire de notre hypothèse d’interprétation par rapport à un cadre spatial défini : l’espace portuaire. En concentrant l’analyse sur le port urbanisé, nous envisageons ainsi de l’étudier dans une dimension temporelle ouverte sur plusieurs époques, de la période archaïque jusqu’au Bas Moyen-Âge. Depuis Max Weber, on sait l’importance de la ville côtière dans les dynamiques du développement économique des sociétés anciennes. Par ailleurs, les recherches récentes sur les emporia anciens, menées à la fois sur les textes littéraires et épigraphiques et sur les contextes archéologiques, ont souvent montré l’efficacité du triangle heuristique que nous avons proposé. En effet, les ports sont à la fois les lieux des échanges et un espace balisé par plusieurs lieux de cultes. Mais le port ainsi envisagé est aussi un espace où se concrétise le rapport entre la cité et la côte, un front de mer « urbanisé » et parfois même monumentalisé, telle une sorte d’affichage extérieur de la cité. Dans la perspective des voyageurs, des marchands, des pèlerins, des guerriers, le port représente en effet le premier aperçu d’une réalité urbaine étrangère, et offre souvent le seul regard possible sur des lieux où on ne choisira pas forcément – ou systématiquement – de s’y arrêter, selon les dynamiques propres à la circulation maritime. Dans un sens plus large, le front de mer est l’espace de la négociation : entre l’extérieur et la cité, entre la cité et son arrière-pays. C’est le lieu où les normes de la négociation et les estimations partagées de la valeur s’établissent dans le cadre des relations d’échange. Il s’agit alors d’analyser les formes possibles des relations politiques, économiques et culturelles qui en découlent.

Espace intermédiaire entre la circulation maritime et la normativité politique, « le port antique » nous paraît offrir les ouvertures les plus stimulantes pour aborder notre deuxième journée d’études ARGO.

Cecilia D’Ercole

Barbara Kowalzig

Gabriella Pironti

Télécharger le programme

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *