Journée d'études: Aux sources de l'histoire de l'anthropologie de la fin du XVIIIe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale : une anatomie des archives

2 novembre 2011
Par

Mardi 6 décembre 2011, Paris
Archives nationales, hôtel de Soubise
60 rue des Francs-Bourgeois, 750003 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Programme

9 h 00 Accueil des participants

9 h 15 Ouverture de la journée

Agnès MAGNIEN, directrice des Archives nationales

Philippe TAQUET, vice-président de l’Académie des Sciences

Première session : État des lieux et études de cas

Présidence : Philippe TAQUET, vice-président de l’Académie des Sciences

Catherine MÉROT, conservateur général aux Archives nationales, responsable des sections du XIXe et XXe siècle

9 h 30 Des anthropologues sans collections : les dossiers des missions scientifiques aux Archives nationales, clef d’entrée vers un corpus éclaté.

par Armelle LE GOFF, conservateur général aux Archives nationales, section du XIXe siècle

10 h 00 Anatomie comparée d’un corps dispersé : les archives de l’anthropologie au Muséum national d’histoire naturelle

par Pascale HEURTEL, conservateur des manuscrits et archives au Muséum national d’histoire naturelle,

et Yann POTIN, chargé d’études documentaires aux Archives nationales, section du XIXe siècle

10 h 30 Les collections du laboratoire d’anthropologie biologique

par le Dr Alain FROMENT, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement et responsable scientifique des collections d’anthropologie du Muséum,

et le Dr Philippe MENNECIER, ingénieur d’études, chargé de la gestion des collections d’anthropologie du Muséum

11 h 00 Pause

11 h 15 Le physique de l’emploi, usages de la photographie pour l’anthropologie

par Christine BARTHE, responsable scientifique de l'unité patrimoniale des collections « photographies » au Musée du Quai Branly

11 h 45 - 12 h 30 Discussion

Seconde session : Ramifications et champs d’application

Présidence : Claude BLANCKAERT, directeur de recherche au CNRS

Bruno GALLAND, directeur scientifique des Archives nationales, Paris

14 h 00 L'émergence de l'américanisme dans ses rapports à l'anthropologie française au XIXe siècle : une analyse des sources

par Pascal RIVIALE, chargé d’études documentaires aux Archives nationales, section du XIXe siècle

14 h 30 Autour des sources relatives à l’anthropologue et préhistorien Chantre : un exemple de coopération trans-institutionnelle

par Catherine BODET, attachée de conservation au musée des Confluences à Lyon,

et Julien MATHIEU, responsable des fonds d’origine privée aux Archives départementales du Rhône

15 h 00 Les "Préhistoriques" sous l'œil des naturalistes : les hommes fossiles, entre Muséum d'histoire naturelle et Institut de paléontologie humaine

par Arnaud HUREL, docteur en histoire contemporaine au Département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle

15 h 30 Pause

15 h 45 De l’anthropologie scientifique à l’identité judiciaire : présentation de l’exposition « Fichés ? ». Photographie et identification du Second Empire aux années soixante,

par Pierre FOURNIÉ, conservateur général aux Archives nationales, responsable du Département de l’action éducative et culturelle

16 h 15 Conclusion : bilan et perspective

par Claude BLANCKAERT, directeur de recherche au CNRS Présentation

Au fil du XIXe siècle, la science anthropologique française s’institutionnalise et produit un considérable appareil théorique. Elle développe un savoir-faire dont l’influence se fait sentir sur des disciplines aussi variées que l'ethnologie, l'archéologie préhistorique, la paléontologie humaine, la psychologie et la sociologie. Mais l’utopie scientiste des anthropologues du XIXe siècle a été aussi détournée, voire instrumentalisée, au profit d’usages médicaux et judiciaires jusqu’aux dérives de la « raciologie ».

Cette journée d'étude se propose de dresser un état des lieux des différentes sources produites par l’anthropologie scientifique du début du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale : fonds d'archives publics ou privés, collections photographiques et restes humains, etc. Il s’agira ainsi de surmonter la difficulté due à la dispersion de ces sources et d’insister sur la nécessité de leur exploitation croisée pour en saisir leurs potentialités historiographiques et l’intérêt qu’elles offrent pour la recherche en sciences humaines.

Cette journée d’études est organisée par les Archives nationales en collaboration avec la Société française pour l’histoire des sciences de l’Homme.

Comité d’organisation : Armelle Le Goff, Yann Potin, Pascal Riviale

Contact : armelle [point] le-goff [at] culture [point] gouv [point] fr


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Actualité scientifique, Rencontres, Journées d'études

Laisser un commentaire