Journée d’études: Les villes et les ports de l’Atlantique comme lieux de liberté et de reconfiguration (XVe-XXIe siècles)

Journée d’études – Nantes, 23 juin 2011

Les villes et les ports de l’Atlantique comme lieux de liberté et de reconfiguration (XVe-XXIe siècles)

Les ports et les villes atlantiques, marqués par les migrations et les rencontres entre Africains, Amérindiens et Européens depuis l’époque moderne, sont par essence des espaces cosmopolites créateurs de métissages, de pratiques socio-économiques et politiques nouvelles, mais aussi des lieux de perpétuation et d’approfondissement des normes sociales dominantes. Lieux d’attraction, de libération, d’opportunités économiques, de rencontre et de confrontation, ils posent pour l’historien les questions de la coexistence de plusieurs corps sociaux et des groupes ethniques et racialisés de la reproduction des inégalités, de la concurrence économique mais aussi de l’émancipation vis-à-vis de la contrainte, quelles qu’en soient les modalités.

À partir de l’étude des fondements historiques des villes maritimes, coloniales et post-coloniales et de la circulation des modèles socio- économiques, politiques, culturels dans la sphère atlantique, nous aborderons plusieurs questions dans une perspective historique de long terme :

– les modalités de la rencontre et de la hiérarchisation des sociétés atlantiques via l’étude de l’usage des catégories et des tensions entre « races », corps, classes, genres, etc. ;
– les processus de territorialisation et d’urbanisation dans les « marges » africaines et américaines, et les relations interurbaines entre villes africaines, américaines et européennes ;
– l’ancrage dans la ville des minorités ethniques, le partage des territoires, des pouvoirs et des biens ;
– les rivalités ethniques et raciales pour l’appropriation des quartiers urbains ;
– la définition et la recomposition de l’identité « blanche » dans des sociétés multiethniques issues de brassages et de migrations, longtemps négligées par les études urbaines et ethniques.

À partir d’études de cas (Carthagène, Cacheu, Angra, Bahia, Nantes, Lisbonne, Amsterdam, New York…), il s’agira d’étudier les sociétés coloniales dans leur complexité socio-économique et ethnique mais aussi d’envisager les influences et les reconfigurations qui traversèrent et déterminèrent ces espaces.

Cette première journée d’études a pour objectif de mettre en place un premier travail collectif et d’enrichir la transdisciplinarité du groupe. Les communications pourront parvenir de toutes les disciplines, être relatives à tous les continents et à toutes les périodes. La journée d’études s’organisera autour d’interventions longues sur des cas précis et seront suivies de séquences de discussions. Il s’agit à terme d’engager le débat en vue de déterminer des programmes de travail futurs.
Merci d’envoyer vos propositions de contribution avant le 1 juin aux adresses suivantes :

antonio [point] dealmeidamendes [at] univ-nantes [point] fr
solene [point] mainterot [at] univ-nantes [point] fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *