Première séance du séminaire « Entreprises-Management-Société »

Première séance du séminaire « Entreprises-Management-Société ».

Celle-ci aura lieu le jeudi 30 juin de 14 h 30 à 17 h, salle 306 (3ème étage)  à l’IAE Gustave Eiffel de l’Université Paris Est Créteil (Métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université). Elle aura pour thème :

« Responsabilité sociale des entreprises et diversité des capitalismes dans la phase contemporaine d’internationalisation », à partir d’une présentation de Michel Capron (IRG, Paris Est Créteil) et de Pascal Petit (CEPN-CNRS, Université Paris 13), portant notamment sur les résultats d’une recherche concernant les comportements de reporting des entreprises cotées à travers le monde sur vingt ans.

Le papier est disponible par voie électronique sur simple demande.

Vous pouvez d’ores et déjà retenir la date du 2ème séminaire qui aura lieu le lundi 26 septembre, après-midi (même lieu) avec une présentation de Clotilde Druelle-Korn (historienne) sur les mouvements de la RSE aux Etats-Unis des origines aux années 1940.

Programme

Entreprises, management et société.

Séminaire transversal de l’IRG proposé par Michel Capron, avec le concours de Thierry Hommel (socio-économiste), Pascal Petit (économiste), Béatrice Touchelay (historienne), François Vallayes (philosophe).

Depuis les ouvrages de Perroux (1975) et de Sainsaulieu (1990), la recherche francophone s’est peu intéressée aux interfaces entre les entreprises et la société. De fait, ce champ a été implicitement accaparé par les thématiques de la RSE (responsabilité sociale d’entreprise), mais dans une optique essentiellement fonctionnaliste, instrumentale et du seul point de vue de la gestion de l’entreprise (Gond, Matten, 2007). De plus, le mouvement contemporain de la RSE (discours et pratiques depuis une dizaine d’années) s’est constitué d’une part, à partir de l’idée –jamais réellement contestée – que la RSE ne concernait que les mesures et démarches volontaires des entreprises allant au-delà des obligations légales et conventionnelles, comme le laissent supposer le Livre vert de la Commission de l’Union européenne (2001) et la définition donnée par l’OIT en 2006 et d’autre part, de l’idée (plus contestée) que la RSE favorisait une différenciation compétitive des entreprises.

Or il est difficile de faire abstraction que, dans une société donnée, la responsabilité sociale des entreprises est d’abord définie par le cadre institutionnel qui régule leur activité, impliquant en particulier le rapport salarial et les formes de concurrence. Selon les époques et les pays, elle dépend notamment du degré d’implication de l’Etat et de ses exigences quant à la ré-internalisation des coûts externés par les entreprises et à leur contribution à la production et à l’entretien des biens communs.

La posture réductrice du mouvement actuel de la RSE montre aujourd’hui ses limites dans la mesure où cette responsabilité apparaît collective et nécessite d’être appréhendée de façon globale, c’est-à-dire dans tous ses aspects multidimensionnels et dans un cadre spatial planétaire.  Exprimant les inévitables tensions entre activités économiques et activités civiles, les sociétés s’interrogent sur les évolutions en cours dans la prise en considération et la prise en charge des biens communs et in fine le déplacement de frontières entre sphère privée et sphère publique.

La recherche en sciences sociales ne peut être absente de ces problématiques, d’autant que le droit conteste maintenant que les « normes de RSE » puissent se développer indépendamment des normes publiques internationales (cf. Colloque de l’Université Bordeaux IV en octobre 2010). On ne peut ignorer, par ailleurs,  que de nombreux dispositifs volontaires de RSE se sont créés à l’initiative de pouvoirs publics, que la distinction « soft law/hard law » tend à s’estomper du fait des éventuels effets de sanction disciplinaire entraînés par ces normes et que, depuis la crise financière, les Etats sont amenés à jouer à nouveau un rôle dans la régulation du management des entreprises.

Il apparaît donc la nécessité d’une relecture et d’une révision des fondements théoriques de la relation entreprises/société autant à partir des  représentations des exigences de la société que des conséquences perçues par les milieux d’affaires.

Un programme de recherche visant à remplir cet objectif devrait comprendre :

  • Un approfondissement historique de cette relation, au moins depuis les origines du capitalisme.
  • Une meilleure connaissance (à la fois historique et philosophique) de l’évolution du concept de responsabilité, notamment du passage de son application de l’individu au collectif, avec les conséquences qu’il a pu induire.
  • Une révision de la notion de parties prenantes qui, malgré son succès, mais aussi l’abondante littérature critique dont elle a fait l’objet, ne peut dispenser d’une réflexion renouvelée sur les enjeux globaux (liens avec la notion de gouvernance des biens communs et la notion de soutenabilité des systèmes socio-écologiques (Ostrom, 2010).
  • Une approche contingente qui relativise les conceptions normatives issues de l’espace nord-américain et du contexte de l’après Seconde guerre mondiale (notamment courant du business ethics).
  • Un examen empirique des conséquences des affaiblissements et de l’endettement des Etats sur leur prise en charge de l’intérêt général et, corrélativement, de leur suppléance (ou non) par le monde des affaires privé.
  • Une poursuite des travaux sur la régulation des activités économiques dans un cadre mondialisé, tant en ce qui concerne l’effectivité des normes existantes que dans l’invention de normes nouvelles susceptibles d’encadrer la fragmentation des intérêts particuliers dans le contexte d’une concurrence internationale exacerbée (Graz, 2010).
  • Une posture permettant de revisiter la notion d’entreprise, notion de plus en plus floue et inopérante, ce qui implique de s’attaquer à une réflexion sur la place des « parties prenantes » en fonction des risques pris (assumés ou non) (cf. Beck, 2001) en regard de la société (et pas seulement de l’entreprise).
  • Des propositions en matière de nouvelle  gouvernance des entreprises, appelée à s’élargir au-delà de la relation dirigeants-actionnaires, ce qui suppose également un ré-examen des attributs du droit de propriété (Robé, 1999 ; Touffut, 2009).
  • Enfin, les conséquences pratiques des tailles atteintes par les grands groupes qui en font des « institutions au service de la société » (Weinstein, 2010).

Un tel programme  suppose, de toute évidence, des approches pluridisciplinaires et donc des concours d’enseignants-chercheurs venant d’autres disciplines que les sciences de gestion. Il pourrait, en l’élargissant, poursuivre utilement les travaux réalisés dans le cadre du programme ANR « Potentiel régulatoire de la RSE ».

Dans un premier temps, une série de séminaires auront lieu en 2011-début 2012 permettant de cerner les questions dans les différents champs disciplinaires et de préciser le programme de recherche pour 2012 et les années suivantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *