Position de thèse : Le franquisme et la production de la ville. Céline Vaz

Céline VAZ a soutenu sa thèse, 

Sous la direction de Michel Lescure
Le franquisme et la production de la ville.
Politiques du logement et de l’urbanisme, mondes professionnels et savoirs urbains en Espagne des années 1930 aux années 1970.
Le 13 décembre 2013

Université Paris Ouest Nanterre La Défense 200, avenue de la République 92 001 Nanterre Bâtiment B, Salle des thèses Paul Ricœur (B 016)    

Jury :
M. Gérard Chastagnaret, Professeur des universités émérite, Université de Provence.
Mme Sabine Effosse, Professeure des universités, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.
Mme Annie Fourcaut, Professeure des universités, Université Paris I.
M. Xavier Huetz de Lemps, Professeur des universités, Université de Nice-Sophia-Antipolis.
M. Michel Lescure, Professeur des universités, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.
Mme Susanna Magri, Directrice de recherche émérite, CNRS.
Mme Carme Molinero, Catedrática, Universidad Autónoma de Barcelona.

 

Le franquisme et la production de la ville. Politiques du logement et de l’urbanisme, mondes professionnels et savoirs urbains en Espagne des années 1930 aux années 1970.
Urbanisation désordonnée, manque criant d’équipements urbains, domination des promoteurs privés et promotion publique réduite, extension de la propriété d’occupation, telles sont les caractéristiques saillantes du développement urbain et immobilier à la fin de la dictature franquiste (1939-1975), qui, pour certaines d’entre elles, ont perduré jusqu’à aujourd’hui. Dans les dernières années de la dictature, cette ville « sans qualité » et inégalitaire constitue un objet de préoccupation sociale majeur et une voie de contestation du régime. Le mode de production de la ville qui se met en place durant l’époque franquiste, ainsi que la question urbaine sur lequel il débouche, constituent précisément l’objet de cette thèse. Leur appréhension repose sur une analyse croisée des politiques nationales d’urbanisme et du logement, et du groupe professionnel des architectes des années 1930 aux années 1970. Ce choix a été guidé par un double constat. L’interventionnisme du régime franquiste s’est en effet aussi concrétisé dans les domaines du logement et de l’urbanisme : un ensemble d’organismes centraux, de dispositions et de dispositifs officiels ont ainsi encadré et déterminé le mode de production urbaine. Les architectes ont joué un rôle important dans l’élaboration et la mise en œuvre de ces politiques par la position privilégiée qu’ils occupent dans le secteur de la construction en Espagne – leur intervention est obligatoire dans tout projet immobilier – et les efforts du groupe professionnel pour accaparer le champ d’activité émergent et disputé de l’urbanisme. Des membres du groupe ont été par ailleurs les fers de lance de la critique urbaine à la fin de la dictature. Par cette double entrée, il s’agit ainsi d’étudier la constitution de l’espace urbain et immobilier en catégorie de l’action publique, ainsi que les effets de ce processus sur les champs professionnel et scientifique sur l’ensemble de la période franquiste. Cette perspective  offre les bases d’une histoire sociale des politiques urbaines qui éclaire à la fois l’histoire du régime et ses rapports avec la société sur l’ensemble de la dictature, l’histoire et la sociologie de l’action publique et des groupes professionnels, ainsi que l’histoire des savoirs et savoir-faire de la ville.
Mots clés : Franquisme – Logement – Urbanisme – Architectes  – Sociologie des groupes professionnels – Propriété – Promoteurs  –  Mouvements sociaux urbains
Francoism and urban production. Housing and urban policies, professionals and urban sciences in Spain from the 1930’s to the 1970’s.
An urban model oriented towards growth, lack of public facilities and infrastructure, high proportion of owner-tenancy, shortage of public housing, or the relevance of real state in the national economy are some of the characteristics of Spain’s urban development during Franco’s dictatorship. It became a main social concern and way to criticize Franco’s regime at the end of the dictatorship. The aim of this PhD thesis is to study the mode of production of Spanish cities during the dictatorship and the social urban movement at the end of the regime. This research is based on the double analysis of national urban planning and housing policies and of the role of one of their principal actors: the architects. During the Franco’s era, State’s intervention was indeed reflected on housing and town-planning through a set of central institutions or bodies, of legal provisions and official measures. Theses decisions determined the mode of urban development. Owing to their privileged position in the building sector in Spain, architects play a key role in the definition and implementation of these policies. Moreover, some architects were years later the leaders of urban criticism and urban social movement. This set-up brings into light the development, if not the constitution, of the urban space as a category of public action during the Franco years, as well as its effects on the professional and scientific fields. This PhD thesis intends to constitute a social history of urban policies during the Franco’s era (1939-1975). Through this approach, it contributes to a better knowledge of the history of this period, of the history of urban social sciences and public action and of the sociology of professions.
Keywords : Francoism – Housing – Town planning – Architects  – Sociology of professionnal groups – Ownership  –  Property Developers   – Urban social movement

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *