Rendez-vous de l'Histoire de Blois, table ronde: L’argent, le nerf de la guerre, financer les guerres.

3 octobre 2013
Par

L’Institut de la gestion publique et du développement économique - Comité pour l’histoire économique et financière de la France vous invite le dimanche 13 octobre à 16 h, aux Rendez-vous de l'Histoire de Blois, une table ronde intitulée L’argent, le nerf de la guerre, financer les guerres. Cette rencontre réunira  quatre historiens(ne)s économistes - Katia Béguin, Béatrice Touchelay, Laure Quennouëlle-Corre,  Hugues Tertrais - et  sera animée par Emmanuel Laurentin, producteur de La fabrique de l’histoire sur France Culture.

 

 

Durant les quatre jours des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, l'Institut présentera les ouvrages de sa collection Histoire économique et financière, édités avec le concours du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, sur le stand 179 dans la Halle aux Grains.

 

 

Présentation de la table ronde

L’ARGENT, LE NERF DE LA GUERRE, FINANCER LES GUERRES

Dimanche 13 octobre de 16 h à 17 h 30

 

 

 

« L’argent est le nerf de la guerre. » Attaquer, combattre, entrer en guerre implique de trouver les moyens de le faire. Les conflits armés ont souvent été l’occasion d’inventer et de mettre en œuvre de nouveaux procédés de financement qui se sont pérennisés, une fois la paix revenue. Ce sont les relations croisées entre Guerre et Finances que ce débat, organisé par l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE)/Comité pour l’histoire économique et financière de la France et animé par Emmanuel Laurentin (France Culture), entend approfondir, sur une période allant de la Renaissance aux dernières guerres coloniales.

 

À l’époque moderne, la guerre provoque un emballement de la dette. C’est ce qu’explique Katia Béguin, directrice d’études à l’EHESS/CHR : les emprunts souverains, destinés à financer les guerres incessantes du XVIIe siècle, ont placé la monarchie absolue dans une situation d’insolvabilité chronique qui a miné sa crédibilité. Contraints d’emprunter des montants élevés à des coûts exorbitants pour soutenir les conflits militaires, les ministres des Finances ont engagé la France dans une spirale de surendettement que des intervalles pacifiques trop brefs ne leur ont pas permis de rompre. Les contraintes et l’incertitude des guerres, dans le court et le long terme, seront analysées pour rendre compte des choix complexes, jugés a posteriori aberrants, qui ont conduit la France à l’abîme financier en 1788.

 

La période contemporaine ne fait pas disparaître ces impératifs de financement et les tensions contradictoires et potentiellement créatrices qu’ils génèrent.

Béatrice Touchelay, professeure à l’université Charles de Gaulle-Lille 3, montre comment la première guerre mondiale permet une accélération des
réformes fiscales, avec la création de l’impôt progressif sur le revenu et la mise en œuvre, en juillet 1916, d’une contribution exceptionnelle sur les bénéfices de guerre. En plein conflit armé apparaissent ainsi des mécanismes qui constituent les bases de notre système d’imposition actuel et continuent de régir les relations entre les contribuables et l’administration fiscale.

 

Laure Quennouëlle-Corre, directrice de recherche au CNRS/CHR, insiste sur les effets perturbateurs des conflits sur les finances publiques et privées, en comparant les deux guerres mondiales. De 1914 à 1918, puis de 1939 à 1945, les opérations sont essentiellement financées par de l’emprunt à court terme, de même que les faramineux frais d’occupation exigés par les nazis de 1940 à 1944. Il en résulte, dans l’un et l’autre cas, des après-guerres douloureux pour les épargnants : c’est par l’inflation et les dévaluations que passera la diminution du poids de la dette dans l’économie.

 

Enfin, Hugues Tertrais, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, explique comment la guerre d’Indochine, conflit colonial d’abord peu onéreux, a progressivement contraint la France à se tourner vers l’aide américaine. L’analyse de son coût met à nu les ressorts de la politique étrangère de la France dans cette période de guerre froide, entre héritage impérial, alliance américaine et construction européenne.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualité scientifique, Rencontres, Journées d'études

Laisser un commentaire


Carnets de recherche