L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Congrès AFHE 2013

I – RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

Date : 4-5 octobre 2013

Durée : 2 jours

Lieu : Archives nationales du Monde du Travail (Roubaix)

Adresse internet de la manifestation: http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/

II – CONTACT

Coordonnées des organisateurs

III – DESCRIPTIF DE LA MANIFESTATION SCIENTIFIQUE

Description de la manifestation

Le symposium réunit des spécialistes confirmés et de jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs aux Archives nationales du monde du travail (ANMT), haut lieu de la recherche en histoire économique, aux plans national et régional. Six sessions sont prévues, rassemblant une trentaine d’intervenants. Il donnera lieu à publication.

Objectifs de la manifestation

Si le thème choisi peut paraître provocateur, il est pourtant au cœur des interrogations de la recherche en histoire économique qui ne s’intéresse pas seulement aux « success stories ». Les approches de la question, organisées autour de trois thèmes principaux (Anticiper – Faire face – Surmonter), permettent d’analyser, dans la longue durée (du Moyen Age à nos jours), les stratégies des acteurs et institutions face à l’échec.

Résultats attendus et perspectives

Au-delà de la synthèse des recherches en cours, le symposium se propose de tracer des perspectives et de renouveler les approches dans ce champ de recherche. La comparaison internationale, rendue possible par les interventions de chercheurs venus de toute l’Europe, devrait constituer un point fort de la manifestation.

Résumé du contenu de la manifestation

Se tenant aux ANMT de Roubaix, le congrès d’octobre 2013 est ouvert par la conférence plénière inaugurale du Professeur Aldo Schiavone (Institut Italien de Sciences Humaines). Il est organisé en six sessions (1 – Les effets/usages sociaux de la faillite ; 2 – Histoire d’entreprise ; 3 – Espaces transfrontaliers et politiques en Europe ; 4 – Discours, récit et image de l’échec ; 5 – Les districts et les territoires ; 6 – Institutions et politiques publiques), en insistant sur les dimensions diachronique (du Moyen Age à nos jours) et internationales (avec une dizaine d’intervenants venant d’Italie, d’Espagne ou de Grande-Bretagne). On disposera au terme de la manifestation d’un état des lieux d’une question toujours reposée. Le congrès de l’Association Française d’Histoire Économique, qui a lieu tous les trois ans (le dernier s’est tenu à Lyon à l’automne 2010), donne toujours lieu à publication.

IV –PROGRAMME DÉTAILLÉ

Planning de la manifestation

Vendredi 4 octobre 2013

9h40 – Accueil des participants

10h-11h Conférence plénière inaugurale

11h-12h40 Remise du Prix AFHE-BNP-Paribas et Session de présentation par les lauréats 2011 et 2013

14h00-16h00 – 2 Sessions parallèles

  •  Session 1 – Les effets/usages sociaux de la faillite (4 interventions de 20 min. + discussion)
  •  Session 2 – Histoire d’entreprise (4 interventions de 20 min. + discussion)

 16h40-18h40 – 2 Sessions parallèles

  • Session 3 – Espaces transfrontaliers et politiques en Europe (4 interventions de 20 min. + discussion)
  • Session 4 – Discours, récit et image de l’échec (4 interventions de 20 min. + discussion)

19h00-20h00 – Visite des ANMT

20h00 – Dîner à l’Impératrice (Roubaix)

Samedi 5 octobre 2013

  • 9h00-10h25 – AG AFHE – élection du Comité directeur
  • 10h25-10h40 – Pause

10h40-13h00 – 2 Sessions parallèles

  • Session 5 – Les districts et les territoires(6 interventions de 20 min. + discussion)
  • Session 6 – Institutions et politiques publiques (5 interventions de 20 min. + discussion)

14h40-17h00 – Session regards croisés

  • Conférence plénière inaugurale: M. le Professeur Aldo Schiavone (Institut Italien de Sciences Humaines)
  • Session 1 – Les effets/usages sociaux de la faillite:
    1. Claude Denjean (Toulouse – Framespa-Jacov) et Juliette Sibon (Albi – Framespa-Jacov), Échecs consentis, échecs provoqués ? Les hommes d’affaires juifs et chrétiens et la faillite (Couronne d’Aragon, Midi de la France) à la fin du Moyen Âge.
    2. Nicolas Lyon-Caen (CNRS-CRHQ – Université Caen Basse-Normandie), Des juifs d’Avignon entre Bordeaux et Paris. Une intégration par l’échec marchand au siècle des Lumières ?
    3. Isabelle Antonutti (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Paris-Jour, janvier 1972, la fermeture d’un quotidien national, un échec fracassant fruit d’un long malentendu.
    4. Jessica dos Santos (Lille3 – IRHiS), Le Familistère de Guise : un échec social ou industriel ?
  • Session 2 – Histoire d’entreprise:
    1. Nicolas Delbaere (Lille3 – IRHIS), Du verrier au laitier : de l’échec de Saint-Gobain à l’absorption de Gervais-Danone par BSN en 1973.
    2. Pierre Martin (Lyon – LARHRA), Vices de procédures et vertus de la réforme : le cas de la Beauce incendie-Travailleurs Français (1921-1934).
    3. Mélanie Dubois-Morestin (Paris I LAMOP / ENS Ulm), Ecrire contre l’échec : pratiques scripturales et pratiques économiques dans les archives privées d’un marchand cordier du XIVe siècle.
    4. Laurence Croq (Paris Ouest – CHISCO), La reprise des commerces en difficulté, l’exemple de la mercerie parisienne de Louis XIV à la Révolution.
  • Session 3 – Espaces transfrontaliers et politiques en Europe:
    1. Serge Dormard (Lille1 – EQUIPPE), Les États de la Flandre wallonne et la régie des grès (1750-1790) : l’inévitable échec d’une politique d’autarcie dans un espace ouvert.
    2. Philippe Mioche (Aix-Marseille – TELEMME), l’échec de la politique structurelle de la sidérurgie en Europe (CECA/CEE/UE) ?
    3. Antonio Escudero (Alicante), l’échec d´un grand complexe sidérurgique espagnol: les compagnies de Sierra Menera et Siderúrgica del Mediterráneo (1900-1940).
    4. Marc Conesa et Thierry Allain (Montpellier III – C.R.I.S.E.S.), Villes, déclins, destins : les facettes de l’échec ou comment en jouer. Puigcerdà (Espagne/Catalogne) vs Enkhuizen (Provinces-Unies/Hollande).
  • Session 4 – Discours, récit et image de l’échec
    1. Jérôme Baudry (Harvard – ENS Cachan), L’échec et les brevets d’invention (France, 1791-1844).
    2. Madeleine Ferrières (Aix-Marseille – TELEMME), L’échec a-t-il des vertus économiques ? Le cas de la pomme de terre.
    3. Claude Diebolt (CNRS, Strasbourg – Humboldt-Universität zu Berlin), Kondratieff Cycles : A Mistake that Succeded?
    4. Felicia Gottmann (Warwick, Grande-Bretagne), Echec de la vertu ou vertu de l’échec ? Le discours économique de la querelle sur la prohibition des toiles peintes en France (c. 1750-1760).
  • Session 5 – Les districts et les territoires
    1. Cédric Perrin (IDHE – Paris Ouest), Le district en échec. L’exemple des tanneries de Château-Renault (v.1860-1985).
    2. David Celetti (Université de Padoue, Italie), La faillite d’une entreprise, le succès d’un secteur. Les « Vivai Sgaravatti » et la floriculture italienne.
    3. Stéphane Le Bras (Montpellier III – CRISES), Faire face à l’échec : stratégies d’évitement, adaptabilité et modernisation dans le commerce des vins languedociens (1900-1950)
    4. Nathalie Cabanas (CRHISM, université de Perpignan), Micro-région pyrénéenne et industrie : d’échecs en échecs ? (XIXe-XXe s
    5. Ivan Kharaba (Académie F. Bourdon – Telemme), L’échec de la politique consulaire des négociants toulonnais.
    6. Jean-François Eck (IRHiS, Lille 3), La reconversion du Nord-Pas-de-Calais : un échec de politiques publiques.
  • Session 6 – Institutions et politiques publiques
    1. Marco Santillo (Université de Salerno, Italie), La triade «Musée-Ecole-Ateliers»: l’échec de l’expérimentation encouragée dans le Midi de l’Italie par Gaetano Filangieri junior.
    2. Gloria Pardo (Université d´Alicante, Espagne), L’échec des caisses d’épargne espagnoles
    3. Laurent Warlouzet (London School of Economics / Université d’Artois), Policer les entreprises : l’échec initial de la politique de la concurrence européenne (1962-88).
    4. Stéphane Lembré (Artois – CREHS), La « crise » de l’apprentissage : de la litanie de l’échec aux prémices d’une politique d’enseignement technique de la fin du XIXe siècle aux années 1920.
    5. Alessandro Stanziani (CNRS (CRH) et EHESS), l’échec des réformes en Russie, 1861-1914 : retour sur la notion de « retard » en histoire économique.

V – MODALITES D’ORGANISATION de la manifestation scientifique

Comité d’organisation

  • Patrice Baubeau (Université Paris Ouest, IDHE) – Trésorier de l’AFHE
  • Natacha Coquery (Université Lyon 2 – LARHRA) – Présidente de l’AFHE
  • Nicolas Marty (Université de Perpignan – CRHISM) – Secrétaire général de l’AFHE
  • Gabriel Galvez-Behar (Université Lille 3 – IRHiS)
  • Jérome Jambu (Université Lille 3 – IRHiS) – Membre du Comité directeur de l’AFHE
  • Matthieu de Oliveira (Université Lille 3 – IRHiS)
  • Béatrice Touchelay (Université Lille 3 – IRHiS)

Comité scientifique

  • Jean Andreau (EHESS)
  • Gérard Béaur (CRH, EHESS)
  • Michel Dumoulin (Université catholique de Louvain, titulaire de la chaire Jean Monnet d’histoire de l’Europe)
  • Danièle Fraboulet-Rousselier (Université Paris 13)
  • Patrick Fridenson (EHESS)
  • Pierre-Cyrille Hautcœur (EHESS – PSE)
  • Jean Heffer (EHESS)
  • Michèle Merger (IHMC)
  • Kenneth Mouré (Université d’Alberta)
  • Jaime Reis (Président de l’Associação Portuguesa de História Económica e Social, Université de Lisbonne)
  • Aldo Schiavone (Institut Italien de Sciences Humaines, Florence).

2 réflexions au sujet de « L’échec a-t-il des vertus économiques ? – Congrès AFHE 2013 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *