Compte-rendu du XVIe congrès mondial d’histoire économique à Stellenbosch

Ce compte-rendu a été rédigé par Annie Loser, lauréate de la bourse doctorale de l’AFHE.

Un autre CR est disponible sur le carnet de la revue Tracés.

Le XVIe congrès mondial d’histoire économique s’est tenu du 9 au 13 juillet 2012 à l’université de Stellenbosch, au cœur du pays afrikaner, dans la province du Cap Occidental, en Afrique du Sud. La rencontre, qui a rassemblé près de 800 historiens, économistes et économistes historiens venus de 59 pays, proposait, pour sa première édition en Afrique, de s’interroger sur « les racines du développement ».

Les communications ont été présentées sur neuf demi-journées mettant en concurrence jusqu’à quinze sessions parallèles, abordant des thèmes aussi variés que « Le commerce des produits exotiques », « La mode et le développement économique », « Les effets économiques des catastrophes naturelles », « La grande divergence », « L’histoire de l’entrepreneuriat en Afrique », « Les politiques fiscales dans les colonies » ou  « L’économie de castes en Asie du Sud ».

James Robinson, professeur à Harvard, a ouvert le colloque avec une intervention centrée sur l’influence de la colonisation sur le développement économique de l’Afrique subsaharienne. Après avoir distingué plusieurs types de colonies – selon le degré de centralisation politique précolonial et l’intensité du peuplement blanc notamment,  et avoir exposé deux études de cas – sur le Sierra Leone et le Ghana, il a insisté sur les raisons de l’influence négative de la colonisation sur le développement économique en Afrique subsaharienne : la colonisation aurait retardé le développement des régions déjà en voie de centralisation, et si dans les régions où les colons se sont installés massivement, la colonisation a pu avoir un impact économique positif, celui-ci aurait été largement éphémère, alors que les effets négatifs liés à la perturbation des structures politiques existantes ont persisté dans le temps.

Lors de la seconde session plénière, Deirdre McCloskey, Professeure à l’Université de Göteborg et à Chicago, a présenté sa vision de l’histoire économique et ses perspectives sur la révolution industrielle, en insistant sur l’incapacité des économistes à expliquer la divergence entre l’Europe occidentale et le reste du monde. Après avoir passé en revue les principales explications tirées de la théorie de la croissance, elle a insisté sur l’importance des changements rhétoriques relatifs aux rapports à la richesse, au commerce et à l’innovation en vigueur dans le monde bourgeois pour l’avènement du capitalisme. Selon elle, ce sont ces changements dans le domaine éthique qui, bien qu’accidentels, car ils auraient pu se produire sur d’autres continents, ont conduit à l’accélération de la croissance économique caractéristique de la révolution industrielle.

La semaine a aussi été marquée par l’intervention Jan Luiten Van Zanden, Professeur à l’Université d’Utrecht et président de l’Association internationale d’histoire économique (IEHA), qui, lors de la « session présidentielle », a exposé le cadre théorique, les objectifs et les méthodes du projet « Clio Infra » de constitution d’une large base de données accessibles en ligne sur la croissance, les inégalités et les niveaux de vie à travers le monde après 1500.  La session de la vice-présidente de l’IEHA, Grietjie Verhoef, Professeure à l’Université de Johannesburg, a rassemblé des communications sur les interactions entre le développement économique et l’environnement.

La session plénière de clôture a pris la forme d’un débat entre Gareth Austin et James Robinson sur le rôle des institutions dans le développement économique de l’Afrique subsaharienne. Alors que James Robinson est revenu sur l’importance de la centralisation politique pour la croissance économique, Gareth Austin a proposé de s’interroger sur le fait de savoir si la colonisation avait été une réponse à un manque de développement économique en Afrique subsaharienne qui aurait pu être liée à un contexte environnemental spécifique, caractérisé par une abondance de terres combinée à une certaine rareté de la main-d’œuvre et des capitaux.

Le congrès s’est clos sur la présentation du prochain congrès, qui se tiendra en 2015 à Kyoto.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *