Prix d’histoire économique AFHÉ-BNP Paribas 2017

Chers collègues,

Après l’examen des 22 thèses qui ont candidaté pour le prix AFHÉ-BNP Paribas 2017, le jury, tout en saluant la qualité des travaux reçus, a décidé de récompenser les thèses de

Marguerite MARTIN pour sa thèse soutenue à l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, intitulée : Les marchés de l’indigo en France. Flux, acteurs, produits (XVIIe – XVIIIe siècles)
Cette thèse livre une analyse très documentée et solidement arrimée à une riche historiographie sur le commerce atlantique et les marchés des produits coloniaux. Au moment où la France s’impose comme le principal producteur et exportateur d’indigo pour l’Europe, cette thèse s’attache à reconstituer les filières de production, les réseaux de commercialisation et de redistribution, et les déterminants de la demande, notamment celle des manufacturiers qui l’utilisaient comme colorant textile.

et

Cécile TROADEC pour sa thèse des Universités de Paris-Sorbonne et de Rome 3, intitulée : Roma crescit. Une histoire économique et sociale de Rome au XVe siècle
Cette thèse, qui vient combler une lacune historiographique, étudie la croissance de l’économie romaine au XVe siècle, la structuration des marchés liée notamment à la présence de la Curie et aux rapports  qu’entretient la ville avec les campagnes environnantes, et les conséquences sociales de cet essor. Tout en mobilisant un vaste corpus de sources, cette recherche n’hésite pas à intégrer de façon raisonnée des concepts empruntés à l’économie et à d’autres disciplines.

Ces deux prix ont été remis par Monsieur Jean Lemierre, Président de BNP Paribas. Chaque lauréate s’est vu décerner un prix de 4 000 euros..

La prochaine édition de ce prix se déroulera en 2019.

Cordialement
Anne Conchon

Communiqué de presse BNP Paribas

 

#autotweet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *