Où en est l’enseignement de l’histoire économique ?

Le vendredi 7 octobre 2016, l’AFHE, partenaire de l’Economie aux Rendez-vous de l’Histoire, a réuni pour sa Carte blanche enseignants du secondaire et du supérieur, économistes et historiens, pour établir ensemble un bilan de l’enseignement de l’histoire économique en France. Quelle est la place de l’histoire économique dans les programmes d’histoire et de SES du secondaire et dans les cursus d’économie et d’histoire à l’université ?

Introduction générale

L’histoire économique et sociale a occupé une place importante, voire dominante, dans le projet éditorial de la revue Les Annales et ensuite durant les décennies 1950-1960 autour de Fernand Braudel et Ernest Labrousse. L’émergence de nouveaux courants, dont l’histoire culturelle, et la diversification progressive des sujets sur lesquels ont travaillé les historiens ont fort heureusement enrichi notre connaissance des sociétés passées, notamment en faisant surgir de nouveaux questionnements dont l’histoire économique a aussi profité, mais elles ont aussi pu conduire à une balkanisation d’une histoire devenue « en miette » dans laquelle les différents champs de recherche se concurrencent. Or, il n’est pas certain que cette concurrence ait bien profité à l’histoire économique. Alors que le nombre d’étudiants accueillis dans les universités françaises a augmenté, les moyens n’ont pas suivi. Les départements d’histoire doivent se partager (se disputer ?) des moyens limités, quand ils ne sont pas réduits. Le nombre de poste d’enseignants du supérieur (maître de conférence ou professeur des universités) mis au concours a régressé. Dans ce contexte de réduction des moyens et de mise en concurrence des spécialités, force est de constater que peu d’historiens de l’économie sont encore recrutés par les universités. On peut donc s’interroger sur les conséquences de cette tendance sur l’enseignement de l’histoire économique dans les facultés d’histoire. Mais l’histoire économique intéresse aussi les économistes. C’est à la fois l’une de ses forces et l’une de ses faiblesses. Une force quand elle est un carrefour ; une faiblesse quand elle est reléguée en périphérie car elle ne serait plus véritablement de l’histoire pour les historiens et pas non plus de l’économie pour les économistes. La place de l’histoire économique dans les facultés d’économie doit ainsi être également interrogée. De fait, elle est l’un des enjeux qui divisent les économistes depuis quelques années. Des associations d’étudiants et d’enseignants, dont l’Association française d’économie politique (AFEP) ou le collectif Peps-économie (Pour un enseignement pluraliste dans le supérieur), dénoncent l’hégémonie des méthodes quantitatives et des théories néo-classiques qui laisseraient trop peu de place, notamment, à l’histoire économique dans les maquettes d’enseignement de licence et de master[2]. Dans l’enseignement secondaire enfin, la dernière réforme des lycées a, entre autres conséquences, mené à une refonte et à une réécriture complète des programmes de l’ensemble des disciplines. L’histoire-géographie et les sciences économiques et sociales (SES) ont elles aussi reçu de nouveaux programmes. Or, ces derniers ont beaucoup été critiqués par les associations de spécialistes. L’Association des professeurs de Sciences économiques et sociales (APSES) a pris l’initiative de publier un manuel alternatif pour prendre ses distances avec ces nouveaux programmes[3]. Du côté de l’histoire-géographie, ceux-ci ont suscité la création du collectif Aggiornamento Histoire-Géographie qui a dénoncé un « programme impossible et à refaire » et qui a organisé une table-ronde sur ce sujet lors des Rendez-vous de l’histoire 2011[4]. Là aussi, la place restreinte de l’histoire dans les programmes de SES, et de l’histoire économique dans ceux d’histoire-géographie a fait débat et a été discuté[5].

Toutes ces évolutions conduisent à se demander où en est l’enseignement de l’histoire économique en France aujourd’hui. Pour réaliser ce bilan et en débattre, l’AFHE a réuni quatre enseignants d’histoire et d’économie, du secondaire et du supérieur : Véronique Chankowsky, Guillaume Daudin, Igor Martinche et Cédric Perrin. La table-ronde a été animé par le journaliste Stéphane Frachet. Pour prolonger ces échanges, les participants ont bien voulu rassembler les données et les idées qu’ils ont présentées à cette occasion dans la série de billets qui constitue ce dossier.

dossier coordonné par Cédric Perrin[1]

Guillaume Daudin : Enquête sur l’enseignement de l’histoire des faits économiques dans les facultés d’économie-gestion (et AES)

Igor Martinache : Faire l’économie de l’histoire au lycée ? L’évacuation progressive de l’histoire économique dans les programmes de SES

Véronique Chankowsky : à paraître

[1] Professeur agrégé et docteur en histoire. Chargé de mission auprès de l’AFHE

[2] Voir la tribune publiée par le collectif PEPS-ECONOMIE : « Facs d’éco : trop de technique, pas assez d’économie ! », Alternatives économiques, n° 303, p. 77.

[3] http://sesame.apses.org

[4] http://aggiornamento.hypotheses.org/522

[5] Sur la place de l’histoire économique dans les programmes du lycée, je me permets de renvoyer à : « De l’histoire économique dans la réforme du lycée », Aggiornamento hist-geo, octobre 2011, http://aggiornamento.hypotheses.org/582


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *