Réponse à « BibCNRS »: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Bonjour,
Cette réponse est envoyée à titre personnel, même si j’en ai discuté en amont avec d’autres membres du Conseil scientifique ; le bureau s’était accordé au préalable pour prévoir un temps de discussion sur la question le 23 janvier.


Le message des docteur.e.s sans postes pointe plusieurs évolutions inquiétantes du système de recherche :
– évidemment la multiplication des docteur.e.s précaires, à qui l’on demande de continuer à faire de la recherche et publier pour avoir un petit espoir d’être recruté.e.s, sans toujours leur en donner les moyens. Si les postdoctorant.e.s ont normalement accès aux bases de données bibliographiques de leur laboratoire d’accueil, cela n’annule pas les inégalités. D’une part entre les postdoctorant.e.s et les autres : en effet, dans bien des disciplines, en particulier en SHS, l’attribution des postdoctorats se fait souvent sans appel ouvert à candidatures ; par ailleurs, nombre de jeunes docteur.e.s continuent leur recherche sans postdoctorat, en travaillant dans l’enseignement secondaire, en étant au chômage ou avec un emploi alimentaire. D’autre part entre les laboratoires : il faut rappeler que tous ne sont pas associés au CNRS et donc que tou.te.s les permanent.e.s n’ont pas non plus accès à BibCNRS, loin de là ; entre les « équipes d’accueil » purement universitaires, l’inégalité d’accès aux ressources bibliographiques est dès lors forte.
– la pression croissante des grands éditeurs, qui ont obtenu de faire payer le CNRS en fonction du nombre de personnes ayant potentiellement accès à leurs portails, plutôt qu’en fonction du nombre de consultations effectives (qui est pourtant connu). C’est pour cette raison que le CNRS est passé d’un identifiant par laboratoire à un identifiant par personne, membre ou membre associé.e certifié.e du laboratoire, pour BibCNRS. (c’est également pour cette raison qu’il est devenu plus difficile d’avoir accès aux bases couvrant plusieurs disciplines pour une même personne – cela nous a été confirmé par la direction du CNRS lors du Conseil scientifique des 14-15 novembre) De fait, les dépenses d’accès aux bases bibliographiques du CNRS ne cessent d’augmenter (alors même que son budget total est au mieux stable), car il n’est pas en position de négocier efficacement face à de telles demandes des grands éditeurs.
Toutes ces raisons font aussi qu’il serait difficile au CNRS d’assurer un accès à tou.te.s les docteur.e.s de France – et on pourrait facilement arguer que telle n’est pas sa mission. La question se pose en réalité au gouvernement lui-même ; vis-à-vis des docteur.e.s mais aussi du public plus généralement, qui n’a que trop rarement accès aux résultats de la recherche, y compris lorsqu’elle a été financée en France sur fonds publics (ce public inclut par exemple les professeur.e.s et élèves des classes préparatoires et du secondaire, les élu.e.s, la haute administration, aussi bien que les « simples citoyen.ne.s », toutes catégories qui pourraient lire avec intérêt des résultats de recherche, notamment en SHS). La loi numérique, rendant plus facile la mise à disposition des articles en ligne par leurs auteur.e.s au bout de 6 mois ou un an, selon la discipline, constitue un début de réponse, mais il faut veiller à la manière dont elle sera appliquée. Il faut aussi réfléchir, notamment avec les chercheur.se.s précaires, aux moyens de mener plus efficacement les négociations nationales avec les grands portails. Les membres du Conseil scientifique du CNRS, directement interpellés par le collectif « docsansposte », feront leur possible pour faire avancer ces dossiers, en commençant par les évoquer avec la direction du CNRS lors de leur prochaine réunion, le 23 janvier.
Bien cordialement,
Claire Lemercier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *